Crea sito

Annonciatine
Une Passion, Une Mission
Cameroun

Cameroun
Versione del libretto in Italiano - Sfogliabile | Cameroun | Romania | Depliant multilingue |

 

Annonciatine
Une Passion, Une Mission

L’ange du Seigneur porta l’annonce…
Six mois plus tard, Dieu envoya l'ange Gabriel dans une ville de  Galilée appelée Nazareth,  chez une jeune fille liée par fiançailles à un homme nommé Joseph, un descendant du roi  David. Cette jeune fille s'appelait Marie. L'ange entra chez elle et lui dit:
Réjouis-toi, toi à qui Dieu a accordé sa faveur: le Seigneur est avec toi.  Marie fut profondément troublée par ces paroles; elle se demandait ce que signifiait cette salutation.L'ange lui dit alors: N'aie pas peur, Marie, car Dieu t'a accordé sa faveur.  Voici: bientôt tu seras enceinte et tu mettras au monde un fils; tu le nommeras Jésus.  Il sera grand. Il sera appelé «Fils du Très-Haut», et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son ancêtre.  Il régnera éternellement sur le peuple issu de Jacob, et son règne n'aura pas de fin. Marie dit à l'ange: Comment cela se fera-t-il, puisque je suis vierge? L'ange lui répondit: L'Esprit Saint descendra sur toi, et la puissance du Dieu très-haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. Vois: ta parente Elisabeth attend elle aussi un fils, malgré son grand âge; on disait qu'elle ne pouvait pas avoir d'enfant, et elle en est à son sixième mois. Car rien n'est impossible à Dieu.  Alors Marie répondit: Je suis la servante du Seigneur. Que tout ce que tu m'as dit s'accomplisse pour moi. Et l'ange la quitta.
(Lc 1,26-38)

pag.2 (traduzione da on line)


 

 

 

E le Verbe s’est fait chair ...

 

 

 

pag.3


L’Institut Sainte Marie de l’Annonciation


L’Institut, est étroitement lié au mystère de l’Annonciation, duquel il reçoit son nom.
Il constitue une des branches qui composent la Famille Paulinienne.
Appartiennent à l’Institut, des femmes consacrées à Dieu par la profession des Conseils Évangéliques : les Annonciatines, tel qu’on les appelle depuis les débuts par leur fondateur Giacomo Alberione, vivent une totale consécration à Dieu dans le monde. Elles puisent leur force dans la Parole de Dieu et dans l’Eucharistie. Leur mission, en intime union avec Marie, est d’annoncer Jésus avec la passion de Paul de Tarse, dans tous les domaines de la société où elles sont insérées.

 

 

pag.4



pag.5


L’apôtre des temps nouveaux

L’histoire des annonciatines commença à l’aube du XXème siècle, dans la « nuit de lumière » du Bienheureux Giacomo Alberione.

Don Giacomo Alberione naquit à San Lorenzo de Fossano (Cuneo) le 4 avril 1884, il mourut à Rome le 26 novembre 1971, et le 23 avril 2003 le Pape Jean Paul II le proclama Bienheureux. Encore jeune séminariste, durant une longue adoration eucharistique dans la « nuit de passage » du XIXème au XXème siècle, il vécut une intense expérience qui lui révéla sa vocation et sa mission. Une lumière particulière vint de l’Ostie Sainte, et il se sentit illuminé et appelé à se préparer à faire quelque chose pour le Seigneur et pour les hommes du nouveau siècle dans lequel il aurait vécu ». Il eut dans la prière l’intuition que les « nouveaux apôtres assainiraient les lois, l’école, la littérature, l’imprimerie, les habitudes ». Guidé par cette particulière lumière et dans l’union intime avec Jésus-Parole et Jésus- Eucharistie, il fonda au cours des années la Famille Paulinienne : une grande Famille constituant « un seul corps dans le Christ et dans l’Eglise ». Cette Famille est composée de cinq Congrégations religieuses, de quatre Instituts de vie consacrée séculière et d’une Association de laïcs, avec tous l’unique mission de donner au monde Jésus, Chemin, Vérité et Vie à travers les moyens de la communication.

pag.6


« Chevalier amoureux, il passait des nuits, irrésistiblement attiré par l’Ostie
Sainte solennellement exposé dans la cathédrale d’Alba.
Une lumière l’étreignit et le blessa au cœur pour toujours…
Cette nuit de prière durant laquelle l’esprit divaguait dans le future,
généra un rêve et une forte passion,
un déchirant besoin de faire connaitre l’Aimé non seulement à
quelques dévots qui fréquentaient l’église,
mais aux grandes multitudes des hommes et de femmes qui
recherchent la vérité en marchant dans l’obscurité ».

Elena Bosetti.




pag.7


 

La Famille Paulinienne
Tournant le regard vers le futur don Alberione vit de nouveaux apôtres unis dans la même vocation et mission : « Vivre et Donner Jésus ».


1914 Société Saint Paul. Congrégation religieuse de prêtres et disciples engagés dans l’annonce du Christ comme unique Maitre, à travers toutes les nouvelles formes de moyens de communication.
1915 FILLES DE SAINT PAUL. Sœur engagées dans l’évangélisation à travers la communication sociale.
1917 COOPERATEURS PAULINIENS. Association ecclésiale de laïcs qui partagent la spiritualité de la Famille Paulinienne et collaborent à son apostolat.
1924 PIEUSES DISCIPLE DU DIVIN MAITRE. Sœurs qui se dédient à l’Adoration Eucharistique Continuelle, à la liturgie et au service des prêtres.
1938 SŒURS DE JESUS BON PASTEUR. Connues comme des « pastourelles » , elles se dédient à la vie et à la croissance de la communauté paroissiale.
1958 INSTITUT JESUS PRETRE. Y font partie, des évêques et des prêtres diocésains qui émettent la profession des Conseils Évangéliques et vivent la spiritualité de la Famille Paulinienne.
1958 INSTITUT SAINT GABRIEL ARCHANGE. Encore appelés les « Petits Gabriel », ce sont des laïcs de vie consacrée qui s’engagent à diffuser le message du Jésus Christ dans le contexte social où ils vivent et œuvrent.
1958 INSTITUT SAINTE FAMILLE. Y appartiennent, des couples qui suivent un cheminement de perfection évangélique dans le monde, et qui se proposent comme fin : la sanctification de la vie matrimoniale et familiale.
1959 INSTITUT REINE DES APOTRES POUR LES VOCATIONS. Congrégation religieuse à laquelle appartiennent les sœurs communément connues comme les « Apostolines ». Leur mission est spécifiquement l’apostolat des vocations au service de toute l’Eglise.

pag.8


« En considérant…la Famille Paulinienne, elle pourrait être comparée à un
cours d’eau qui au fur et à mesure qu’il progresse s’en grossit par les pluies,
le dégel des glaciers pour les différentes petites sources »

Don Alberione

1958 INSTITUT SAINTE MARIE DE L’ANNONCIATION.

Les « annonciatines » en font partie :
laïques de vie consacrée appelées à être des imitatrices de Marie et des témoins du mystère de l’Annonciation
dans l’aujourd’hui de l’Eglise et de porter Jésus Chemin, Vérité et Vie dans le milieu familial et apostolique dans lequel elles vivent et œuvrent.

pag.9


Les débuts

Les Annonciatines
« seront des ames qui brulent d’amour pour Dieu
et qui traduisent leur vie en apostolat » :
c’est ainsi que les pensait le fondateur.

L’Institut Sainte Marie de l’Annonciation est aggregé à la Société Saint Paul et fut fondé en 1958. Peu de temp avant, le Pape Pie XII, par la Constitution Apostolique Provida Mater Ecclesiae (1947), avait proclamé la reconnaissance officielle de la nouvelle forme de vie consacrée seculiere : « Ces Instituts seront utiles…pour renouveler chretiennement les familles, les professions, la société civile par le contact intime et quotidien d’une vie parfaitement et totalement consacrée à la perfection ». don Alberione était toujours prêt à accueillir les signes des temps, attentif à la voix de l’eglise. Il fonda l’Institut Sainte Marie de l’Annociation, et le 8 avril 1960, seulement deux ans après sa fondation, l’Institut obtint l’approbation du Saint Siège, grace à laquelle, « celles qui y emettent la profession sont de vraies consacrées tout en vivant dans le monde ».
pag.10


 

 

 

« Ames fortes, personne qui sont de vraies héroïnes dans le monde ».
                                                                                     

Don Alberione

 

 

pag.11


 

La vie

A l’Institut Sainte Marie de l’Annonciation on n’y fait partie que si on a la vocation. La vocation est l’œuvre de Dieu :
c’est Lui qui la donne, c’est Lui qui consacre.

Les premières Annonciatines entrent dans l’Institut en 1958. Au cours des années leur nombre se multiplia. Elles proviennent des contextes sociaux et culturels variés et exercent diverses professions et activités. Elles ont en commun la même vocation et la même mission : vivre Jésus et l’annoncer aux hommes d’aujourd’hui avec les moyens d’aujourd’hui, l’inépuisable amour de Dieu pour chaque créature. Elles sont consacrées par les vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance. Les Annonciatines vivent leur consécration dans la sécularité, c’est-à-dire dans leur contexte familial, de travail et d’engagement apostolique. Extérieurement elles n’ont aucun signe particulier et n’ont aucun habit distinctif. Elles ne vivent pas en communauté, mais se retrouvent très souvent pour des rencontres de formation, de prière et de fraternité. Tout en restant dans leur contexte de vie, elles ont la possibilité de porter le Christ partout : dans les écoles, dans des maisons, dans des bureaux, dans des hôpitaux, dans des tribunaux, dans la politique etc… Elle puise la force nécessaire pour vivre leur vocation et leur mission, dans la Parole de Dieu, dans l’Eucharistie, dans l’intime union avec la Vierge Marie et avec Saint Paul Apôtre. Elles se préparent à vivre leur consécration dans le monde en parcourant les étapes suivantes de la formation : un temps de postulat, 2 ans de noviciat et 5 ans de profession temporelle jusqu’à la profession perpétuelle. Grace à une formation continue et à une prière vive et constante, elles peuvent affronter avec courage les défis de leur temps, sans jamais perdre de vue l’objectif que le Fondateur leur avait indiqué : une plein conformation à Jésus Maitre, jusqu’à pouvoir dire avec Saint Paul « ce n’est plus moi qui vit, mais le Christ qui vit en moi ».
pag.12


 

« Sentez-vous interpelées par toute souffrance et par toute injustice,
ainsi comme dans toute recherche de la vérité, de la beauté et de la bonté,
pas parce que vous avez la solution à tous les problèmes, mais pour que chaque
circonstance dans laquelle vit et meurt l’homme constitue pour
vous l’occasion de témoigner l’œuvre salvifique de Dieu ».

 

Le Pape Benoît XVI aux Consacrées Séculières

 

pag.13


La Spiritualité

Les Annonciatines aspirent à « vivre intégralement l’Evangile de Jésus Christ Chemin, Vérité et Vie dans l’esprit de Saint Paul,
sous le regard de la Reine des Apôtres.

JESUS MAITRE

« Le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14,4). Comme Lui-même s’est défini ; le Chemin pour la volonté, la Vérité pour l’intellect et le Vie pour le cœur. La Personne du Divin Maitre doit remplir l’existence de l’Annonciatine jusqu’à en dominer : la pensée, la prière, le travail, les aspirations apostoliques…tout ! Les Anonciatines s’engagent à imiter Jésus Maitre dans la sainteté en suivant ses exemples (Chemin), en pensant selon l’Evangile (Vérité) et en se recevant de Lui dans les sacrements (Vie).

« Substitue-toi à mon intellect et à mes pensées… Vis dans mon intellect, O Jésus Vérité. Ce que tu veux, que je le veuille : Établis ta volonté à la place de la mienne. Que mon cœur soit remplacé par le tien… Vis en moi, O Jésus Vie éternelle » Don Aberione

pag.14


 

« Reçois-moi, o Mère, Maitresse et Reine parmi ceux que tu aimes, nourris, sanctifie et guide à l’école de Jésus, Divin Maitre »
                                                                                              Don Alberione

MARIE REINE DES APOTRES
LA Mère, la Maitresse et la Reine de tout apôtre. Marie est l’exemple le plus haut qu’on puisse présenter à une personne humaine à cause de la relation unique et non répétable qu’elle a eu avec Jésus. Disciple attentive et fidèle au Divin Maitre, elle est celle qui s’est laissée totalement modeler par l’action du Saint esprit. Toute Annonciatine est appelée à l’imiter pour assumer la « forme » de Jésus.

Saint Paul
Le plus grand évangélisateur de tous les temps, il eut dans le cœur deux amours : Dieu et l’homme. Paul est l’apôtre de la foi inébranlable, de l’espérance très ferme, et de la charité très ardente. insouciant « de la santé précaire, des distances, des chaines, du martyr, il parcourut le monde pour le renouveler dans une lumière neuve : Jesus Christ » saint Paul apotre est le vrai fondateur de la Famille Paulinienne…c’est par lui qu’elle est née, c’est de lui qu’elle fut alimentée et croit, c’est de lui qu’elle prit sa spiritualité. C’est un père à connaitre, à prier et à imiter.

« O Saint Apôtre, de persécuteurs des chrétiens tu es devenu l’imitateur du Christ et l’annonceur de son Evangile, fais de nous des attentifs écouteurs de la Parole qui sauve et conduit à la vie » Don Alberione

pag.15


 

COMME MARIE

Tout comme chaque membre a son devoir précis dans un corps, de même dans la Famille Paulinienne, où chaque Institut a son identité et sa spécificité : les Annonciatine se modèlent su Marie, la Vierge de l’Annonciation.

L’Institut Sainte Marie de l’Annciation est étroitement uni au mystère de l’Annonciation et de l’Incarnation, il puise dans ce mystère le secret de son identité profonde et de sa mission que le Fondateur explique comme suit :
« Pourquoi être appelées Annonciatine ? Ce nom a-t-il une raison d’être ? Ce n’est pourtant pas par hasard.
Le fait des Annonciatines et, donc de l’Incarnation du Fils de Dieu, Est le plus grand évènement de l’histoire,
parce que c’est avec lui que commence Notre rédemption. C’est pour cela qu’Annonciatine veut dire Etre au centre de l’histoire et
Au début de la rédemption. C’est le plus beau des noms »

Les Annonciatines, sur l’exemple de Marie, sont appelées par vocation à vivre la virginité et la maternité spirituelle. De l’intime union avec Dieu, elles apprennent à regarder les évènements et les personnes avec le regard de Marie ; à avoir envers tous des sentiments d’amour et de tendresse maternelles comme elle. Elles apprennent d’elle à s’abandonner en toute confiance à la volonté de Dieu, à aimer le silence et l’humilité, à écouter Jésus et à garder ses paroles dans leurs cœurs. Avec Marie, elles reparurent tous les jours dans la prière et à travers le rosaire, les mystères de la vie de Jésus, et avec elle, elles le donnent comme Maitre, Chemin, Vérité et Vie. La vie des Annonciatines est comme un prolongement du »Oui » de Marie aujourd’hui.

pag.16


«Le monde ne vient toujours pas au Christ , car il pointe vers est encore tout à fait la façon suivante:
Sainte Marie !
Jésus-Christ est toujours ... dans les bras de la Vierge " .

Don Alberione

« Nous devons avoir envers Marie :
une confiance et un amour illuminés et illimités,
 c’est la dévotion la plus cordiale, expansive et tendre »


Don Alberione

 

pag.17


 

LES TROIS PERLES

La chasteté est le plus grand amour, la pauvreté est la plus grande richesse et l’obéissance est la plus grande liberté :
c’est ainsi que don Giacomo Alberione présente les trois vœux.

Attirée par Jésus – chaste – pauvre et obéissance – l’Annonciatine Lui consacre sa vie à travers les vœux afin de pouvoir le suivre de plus proche. Par un tel choix, l’Annonciatine ne s’appartient plus : intelligence, cœur et volonté deviennent des propriétés exclusives du Seigneur.

Il y en a qui ne se marient pas à cause du Regne des cieux (cfr. Mt. 19,12).
L’Annonciatine vit le vœu de chasteté comme le don total de soi à Dieu et aux frères. Elle ne vit pas dans une solitude, car le cœur qui se consacre à Dieu ne renonce pas à l’amour, mais choisit un amour plus grand, aux dimensions du monde.

« J’appartiens à mon bien aimé et mon bien aimé est à moi » (Ct.6,3).

Jesus, de riche qu’il était s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté (Cfr. 2Cor.8,9). Le pauvre est celui qui compte uniquement sur Dieu et non sur soi. L’Annonciatine vit le pauvreté dans le détachement des biens matériels, qu’elle, bien sûre, utilise et possède avec un esprit de profond abandon entre les mains des Dieu.

   « Que te manque-t-il O pauvre, si tu as Dieu avec toi ? Que possèdes-tu à jamais, o riche, si tu n’as pas Dieu avec toi ? » S. Augustin

pag.18


« O Maitre, fais qu’à chaque moment je mette sur tes traces de pauvreté, chasteté, obéissance ».
Don Alberione.

Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé (Jn.4, 34).
Le vœu d’obéissance est l’adhésion plein à la volonté de Dieu, c’est remettre totalement et librement sa volonté au Seigneur. Ce n’est pas une soumission passive, mais un don à Dieu de son intelligence, de sa volonté, de son cœur et c’est l’expression de la plus grande liberté.

« Puisque je n’ai jamais fait ma propre volonté sur la terre,
le bon Dieu fera toute ma volonté au ciel ».
Ste Thérèse de Lisieux.

 

 

pag.19


Les deux Tables
Appeléesà annoncer Jesus-Christ, les Annonciatines se nourrissent à la table de la Parole et à la table de l’Eucharistie.

L’adoration Eucharistique c’est… La créature qui se rencontre avec le Créateur,
Le disciple auprès du Maitre, L’assoiffé qui boit à la source,
Le faible qui se présente à l’omnipotent, L’ami qui va envers le vrai Ami,
Le cœur désorienté qui trouve la voie, L’épouse qui trouve l’Epoux de son âme,
Le néant qui trouve le Tout, Le jeune qui trouve l’orientation pour la vie. 

Don Alberione

« Je suis le Pain de a vie » (Jn. 6, 35).

« Lampe sur mes pas est ta parole, lumière sur mon chemin » (Ps.119, 115).

pag.20


La prière est vitale dans la journée d’une Annonciatine, elle illumine et oriente son travail et son apostolat.
L’Annociatine sait qu’elle peut donner Jésus seulement si Jésus est vivant dans son cœur et dans sa vie.
Pour cela, chaque jour, elle fera un pause auprès du Maitre Divin, écoutera sa Parole,
la méditera et la gardera dans son cœur. C’est dans la Parole que murit sa vision de foi,
et qu’elle apprend à regarder la réalité et les évènements avec les yeux
de Dieu jusqu’à avoir « la pensée de Jésus ».
Née de l’Hostie, l’Annonciatine se nourrit de l’Hostie :
chaque jour elle participe à la Célébration Eucharistique et reste devant Jésus en prière.
C’est de Lui qu’elle reçoit la lumière, la force et la vie. Dans ce contact quotidien avec le Maitre,
l’Esprit Saint la transforme en créature nouvelle dans laquelle « Seul le Christ vit, pense,
œuvre, veut, aime, prie… » et la rend capable de donner Jésus, présent en elle.

 

pag.21

Des Femmes pour l’Annonce

Les Annonciatines peuvent exercer tous les types d'apostolats possibles,
adaptés  à leurs conditions particulières.

« Peu importe, qu’on utilise un moyen ou un autre, ce qui importe est qu’il y aient des cœurs ardents et des âmes qui veulent renverser toute leur plénitude dans le cœur de leurs frères les hommes. Voici l’âme qui veut faire l’apostolat avec n’importe quel moyen qu’elle utilise : imprimerie, cinéma, radio, école, parole »
                                                                  Don Alberione

« Vous êtes le sel de a terre…. Vous êtes la lumière du monde ». (Mt 5,13-14).

 

pag.22

Les Annonciatines vivent leur consacration au milieu du monde avec la passion d’annoncer Jesus et d’etre la lvure qui fermente et le sel qui donne de la saveur aux realités dans lesqelles elles vivent.
Partout où elles travaillenet et oeuvrent, elles s’engagent à y porter Jesus Maitre, Chemin, Verité et Vie. Elles le portent par la parole, par la vie, à travers leur profession et à travers les nombreuses formes de moyens de communication.
« Oh. Voici votre mission – leur disait Don Alberione – porter ce qui est possible et autant que possible, la Parole de Dieu, la parole bonne,  parceque tout l’Institut est pour illuminer. Scruter les signes des temps et profiter de chaque occasion pour « generer Jesus dans le cœurs de l’homme »
Le champ d’action apostolique des Annonciatines est ample : paroisses, familles, espaces politiques, écoles, bureaux, hôpitaux rédaction, antenne radio et TV, Web…dans chaque lieu et avec chaque personne, c’est le moyen le plus puissant et efficace dont l’Annonciatine dispose pour annoncer le Jésus Christ à tous avec un cœur maternel, le cœur même de Marie.


« L’apostolat est la fleur d’une vraie charité envers Dieu et envers les âmes, c’est le fruit d’une vie intérieure intense. Il suppose un cœur enflammé qui ne peut pas comprimer et contenir le feu intérieur. L’apostolat nous rend comme des haut-parleurs de Dieu ».  Don Alberione

pag.23


 

Et pour paroisse le monde
Les Annonciatine brulent de la même passion apostolique que leur fondateur : toujours tendu vers tous ceux qui n’ont pas encore reçu la lumière du Christ.

La Bienheureux Giacomo avait sur la table de son bureau la carte du monde et sur le mur était perché le plan des hémisphères de telle façon qu’en les regardant, il puisse ainsi embrasser avec le cœur tous les peuples de la terre. Il disait à ses fils et filles : « le cœur de Saint Paul oubliait-t-il quelqu’un ? une Nation ? une region ? Non ! nous devons nous sentir comme Saint Paul débiteurs de tous les hommes ». il priait et penasit continuellement à comment arriver, à travers les moyens les plus celeri que la technique lui offrait, aux milliers d’hommes qui ne connaissent pas encore Jesus. Il repetait souvent « malheur à moi si je n’aurai pas evangelisé « tout » » et « tous ».
(1Cor 9, 16).

Les Annonciatines sont presentes dans 21 Pays du monde, elles sont animées par la meme passion de leur Fondateur qui disait « faites à tous la charité de la verité ». Jesus est la Verité. Convaincues que Jesus repond à toutes les attentes de l’esprit humain, mieux qu’il les depasse, les Annonciatines deploient toutes leurs possibilités chretiennes et evangeliques afin que le message du salut soit connu et accueilli par tous les hommes.

« Ayez un cœur plus grand que la mer et plus grand que les océans » Don Alberione

pag.24


« Fais, o Marie, Que nous sentions dans notre cœur les besoins de toute l’humanité…
que la grande Afrique, l’immense Asie, la promettante Océanie,
la travagliata Europe, les deux Amériques exercent
un fascinant pouvoir sur nos âmes… »

Don Alberione.

 

« Vos confins sont les confins du monde ».

Don Alberione.

pag.25


Tendues vers l’avant

Les Annonciatines sentent avec l’Eglise, elles aiment l’Eglise, elles coopèrent avec l’Eglise et regardent vers le futur avec une vive espérance. Appelées à être des signes de la présence de Dieu et de son amour dans une société toujours plus indifférente à Jésus et à son Evangile, les Annonciatines par leur vie cherchent de témoigner la joie d’appartenir au Christ. Sur la trace du Fondateur, elles scrutent les signes des temps et, fondées sur l’Eglise avec laquelle et dans laquelle elles opèrent, elles affrontent les défis du monde avec confiance et courage. Elles annoncent l’Evangile aux hommes d’aujourd’hui avec les moyens d’aujourd’hui, œuvrant à porter Dieu à l’homme et l’homme à Dieu. Les paroles que le Divin Maitre a révélé au jeune Alberione encore séminariste, sont leur force :

« Ne craignez-pas, je suis avec vous. C’est à partir d’ici [du tabernacle] que je veux vous illuminer. Ayez le cœur pénitent ».

Et avec cette certitude, unies à Marie et tendues vers le futur, elles courent vers le but (Cfr. Ph 3, 12-13) en cherchant d’éparpiller partout les semences de lumière, de bonté, de joie, de paix, d’espérance et d’amour vrai.

pag.26


 

 

« Vers où chemine, vers quel but chemine cette humanité
qui se renouvèle toujours sur la face de la terre ?
L’humanité est comme un grand fleuve qui va se jeter
dans l’éternité. Sera-t-elle sauvée ? ».

Don Alberione 

 

pag.27


 

Témoignages

« Je me suis toujours senties guidée par mon doux Maitre…et plus passe le temps, plus Jésus me donne la preuve qu’Il est l’époux, qu’Il est la source de ma joie et la roche de ma vie. Il m’a mise dans une grande famille et m’a confiée à la plus tendre et merveilleuse des mères : Marie ! Mon cœur a une grande et unique certitude, et semble chanter chaque jour : je sais bien en « Qui » j’ai mis mon espérance et je sais que je ne serai pas déçue ! Depuis que j’ai dit mon « oui », Jésus m’a donné des preuves qu’Il est toujours avec moi, et que Son Amour est fidèle ! Combien de reconnaissance et…combien de responsabilité devant un si immense Amour ! ». Vanessa

« La plus grande affaire de ma vie : avoir rencontré le Seigneur et avoir compris que le Créateur du monde, l’omnipotent, l’Eternel, l’Amour, me cherchait, une anonyme créature, convaincue de n’avoir rien à Lui donner, et je n’aurai jamais pensé d’être choisie pour porter un don aussi précieux que la vocation » Claudia

« J’ai dit oui au Seigneur dans l’Institut Sainte Marie de l’Annonciation parce que j’ai découvert et rencontré son « obstiné » regard d’Amour sur moi, et auquel je ne pouvais résister, et qui depuis toujours m’accompagne, en me donnant quelque fois l’impression. Quand je marche sur les routes de ce monde, non pas de marcher, mais d’avoir des ailes. J’en suis particulièrement restée fascinée. Par ailleurs, de la figure et du charisme de Don Alberione, dont j’ai initialement dévoré les écrits, attirée par son idée de sauver « tout l’homme » : intelligence, cœur, volonté en le rejoignant là où il vit et œuvre, à travers les instruments de la communication sociale. Carmela

pag.28


« Mon entrée dans l’Institut a été marquée par une forte expérience de Dieu. A travers les jours de silence de la retraite spirituelle, j’ai pu rencontrer le Seigneur et je me suis sentie profondément aimée par Lui tel que je suis et non comme j’aurai voulu être, et le fait d’avoir compris cela m’a poussé à Lui dire un « oui » enthousiaste et reconnaissant. Aujourd’hui encore, surtout dans les moments de difficultés, c’est cette expérience qui me soutient et qui me rappelle que ce n’est pas moi qui ai choisi le Seigneur, mais c’est Lui qui m’a choisie. Il nourrit un grand amour et une grande confiance envers une pauvre créature » Loretta.

« Plusieurs fois au cours de ma vie je me suis sentie appelée, mais parvenir à comprendre où aller et quoi faire fut moins facile. Alors le Seigneur m’a appelée « avec force » afin que j’écoute et actualise sa Parole. Et la Parole m’a accompagnée et continue à m’accompagner…toujours, surtout à travers l’Institut Sainte Marie de l’Annonciation, qui est pour moi une présence qui oriente, soutient et procure stabilité. Appartenir à l’Institut est une façon spéciale d’appartenir à l’Eglise » Tiziana.

 

pag.29


« J’étais une flute désireuse de jouer de douces mélodies, j’étudiais sans arrêt les notes de musique, et je m’efforçais de les reproduire, mais en vain. Alors je me suis mise à l’école de plusieurs maitres, mais les notes que j’appris à jouer étaient toujours fausses et je dégammais ; la musique que je ressentais dans mon cœur était très belle, et je pensa que je ne parviendrais jamais à la reproduire et alors je renonça à mon rêve. Puis un jour, passa un homme, le Maestro…je le reconnus tout de suite car sa voix était inconfondable ! Depuis ce moment, ma vie est une musique douce et j’ai compris que je ne suis qu’un instrument de mon Maestro » Rosa.

« Je serai éternellement reconnaissante au Seigneur pour m’avoir donné une famille profondément chrétienne et mariale qui, à la naissance m’avait confié à la Sainte Vierge avec le nom de Marie. Depuis ma tendre enfance, j’ai toujours été attirée par les célébrations liturgiques, surtout par l’adoration devant Jésus présent dans l’Eucharistie. Une foi devenue grande, je Lui demanda avec insistance de connaitre sa volonté sur moi…et la Maman céleste, me prenant amoureusement par la main, m’a conduite dans cet Institut marial née de l’Hostie Sainte » Maria.

pag.30


 

« Mon histoire commença à 16 ans, avec deux « amours » dans le cœur, un amour humain comme tous les jeunes et un amour spirituel : 6 années de fiançailles, un amour pur, vrai, profond à faire dire aux gens que seule la mort aurait pu nous séparer. Mais ce qui me sépara de mon fiancé fut un Amour plus grand, celui de mon Seigneur ! Alors que je me préparais au mariage, le Seigneur me faisait sentir fortement de l’intérieur qu’Il me voulait toute à Lui, il était plus grand, sublime. Mais j’aimais aussi mon fiancé, et j’aurais fait n’importe quoi pour ne pas le faire souffrir. Je promis au Seigneur que j’aurai dépensé toute ma vie pour Lui, et que je lui aurai tout offert, y compris les enfants que j’aurai eues, mais malgré toutes ces promesses, je ne trouva pas la paix intérieure, parce que l’amour pour le Seigneur était toujours au-dessus de tout dans mon cœur. Je compris que rien de ce que je promis de lui donner ne lui suffisait, et qu’il fallait que ce soit moi qui accepte ce qui Lui, avec insistance voulait m’offrir. A 2 mois du mariage avec mon fiancé, alors que tout était presque prêt, mon cœur choisît le Seigneur. Je ne voulais pas connaitre la même fin que le jeune riche dont nous parlent les Evangiles, et c’est ainsi que j’ai adhéré avec joie à l’appel de Dieu. Depuis ce moment j’ai toujours été heureuse, toujours. Ma vie est dans la plénitude et je voudrais pouvoir crier au monde entier la joie de Lui appartenir. Un seul désir est au centre de mon cœur : « L’aimer et Le faire aimer », vraiment, Seul le Seigneur est capable de combler le cœur de l’homme ! » Caterina.

« Trois étapes qui m’ont fait ressentir l’appel de Dieu à Le suivre. Enfant, devant l’image d’une sainte, une sensation particulière, un sursaut : étonnement et crainte petite fille en observant une fleur de lis dans le jardin j’ai senti la douce paternité de Dieu : la joie. Adolescente, en lisant le titre d’un livre de méditation : « le Maitre est ici et il t’appelle ». La voix se fit… claire. Je commença une dure lutte, jetée après tant d’années dans un « oui ». Il m’avait vaincu et dès lors, la paix fut » Chiara.
pag.31


 

Institut Sainte Marie de l’Annonciation


Rome-Italie, via Antonino Pio, 40 – 00145


Tel. 0039 065409670 – Cell. 0039 3331215466
Fax 1782201620

Site : www.annunziatine.it
E-mail : imsa@tiscali.it


Cameroun : 00237 77769430
00237 99629324